Les Recommandations de bonne pratique sur la prescription des antibiotiques en pratique bucco-dentaire de l’AFSSAPS 2011 reconnaissent différentes catégories de patients, classés par rapport au niveau de risque infectieux.

 

  • Population générale : patients ne présentant aucun des facteurs de risque infectieux décrits dans les deux catégories patients immunodéprimés et patients à haut risque d’endocardite infectieuse. Cette catégorie inclut les patients présentant un risque modéré d’endocardite infectieuse (ancien groupe B)

> Cas particulier

Patients porteurs d’une prothèse articulaire : récemment le rapport bénéfice/ risque de l’antibiothérapie prophylactique des actes bucco-dentaires dans les patients porteurs d’une prothèse articulaire a été réévalué. En conséquence, les patients porteurs d’une prothèse orthopédique sont considérés assimilables à la population générale et aucune indication additionnelle à l’antibiothérapie prophylactique des actes bucco-dentaires n’a été retenue

 

  • Patients immunodéprimés : patients à risque augmenté d’infection lié à une défaillance quantitative et/ou qualitative du système immunitaire. Dans les recommandations aucun critère n’a été reporté pour mieux définir et stratifier ces situations à risque d’infection. Lorsque le patient est considéré comme tel, la décision de l’inclure dans cette catégorie de risque doit être prise en bonne intelligence entre, d’une part, le chirurgien dentiste ou le stomatologue et, d’autre part, les médecins concernés. Cette décision continue d’être motivée par le terrain du patient et la sévérité du cas

> Cas particulier

Patients sous anti-TNF alpha et enfants atteints de syndromes drépanocytaires majeurs : chez ceux-ci, une antibiothérapie prophylactique est recommandée lors de tous actes invasifs (cf page 3 pour la définition d’acte invasifs)

Patients à risque d’ostéoradionécrose : chez ceux-ci, une antibiothérapie prophylactique est recommandée lors de tous actes invasifs réalisés au niveau du secteur irradié

Patients traités par bisphosphonates par voie intraveineuse ou Denosumab : chez ceux-ci, une antibiothérapie prophylactique est recommandée lors de tous les actes de chirurgie buccale intéressant le tissu osseux

 

  • Patients à haut risque d’endocardite infectieuse : patients porteurs de :
    • prothèses valvulaires (mécanique ou bioprothèse) ou matériel prothétique utilisé pour réparation valvulaire
    • antécédent d’endocardite infectieuse
    • cardiopathies congénitales :
      • cardiopathie congénitale cyanogène, non corrigée ou avec fuite résiduelle, ou shunts palliatifs
      • cardiopathie congénitale avec réparation complète prothétique chirurgicale ou par voie percutanée
      • fuite résiduelle persistante au site d’implantation du matériel prothétique par voie chirurgicale ou percutanée

Tous les autres patients porteurs de pathologies cardiaques ou valvulaires non inclues dans cette liste ne sont pas considérés à haut risque d’endocardite infectieuse et rentrent dans la population générale.